Un génocide au Tigré

Les feux de l’actualité se tournent à nouveau vers l’Éthiopie après que l’on ait aperçu, ce lundi 18 avril à Addis-Abeba, des jeunes hommes faire la queue devant l’ambassade de Russie pour proposer leurs services à l’armée comme mercenaires. Un spectacle qui pourrait en étonner plus d’un mais l’Éthiopie vit en ce moment une crise économique sans précédent. En effet, la guerre avec le Tigré, qui dure depuis un an et demi, fait des ravages et pousse ainsi les plus précaires à prendre des risques.

Le Premier ministre Abiy Ahmed a pris ses fonctions en 2018 dans le cadre d’un accord de coalition entre quatre partis politiques régionaux qui comprenaient, entre autres, le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). L’Éthiopie a longtemps souffert à la fois de rivalités ethniques internes et d’un conflit de 20 ans avec l’Érythrée lorsque cette dernière a pris son indépendance. Abiy Ahmed est arrivé au pouvoir en promettant de mettre fin à ces différents conflits  et a reçu le prix Nobel de la paix en 2019 pour avoir “fait la paix” avec l’Érythrée. Malheureusement, au lieu d’utiliser la paix avec l’Érythrée comme un tremplin pour résoudre les divisions ethniques internes de l’Éthiopie, Abiy Ahmed a utilisé sa position pour évincer les partisans du TPLF qui occupaient des postes gouvernementaux, avant de lancer une offensive militaire contre le TPLF dans le Tigré.

Au cours de ce processus, les forces éthiopiennes ont tiré sur les civils de l’ethnie tigréenne, empêchant la nourriture et les médicaments d’atteindre la population touchée, et ont coupé l’électricité et les communications dans la région.

Depuis le 28 juin 2021, l’Éthiopie assiège toute la région du Tigré et ses 7,5 millions d’habitants. Il est difficile d’avoir des chiffres récents sur la situation, mais d’après un rapport d’Amnesty International en août 2021, la situation représente:

● Plus de 350 000 civils ont été tués ;

● 80 % des hôpitaux et des cliniques ont été pillés et détruits ;

● 75 % des écoles et des universités ont été  saccagées ;

● Plus de 62 500 civils ont été déplacés dans des camps de réfugiés extérieurs et près de 30% des plantations ont également été pillées et détruites ;

● Alors que cette région compte plus de 7 millions d’habitants, la famine touche plus de 5,2 millions de personnes, dont près de 2 millions d’enfants ;

● Plus de 2,5 millions de civils ont été déplacés à l’intérieur du pays, de même que des rafles surviennent dans les grandes villes, des milliers de femmes et d’enfants ont été violés et une forte augmentation du trafic d’êtres humains  a été constatée dans toute la région ; 

● 1,4 million d’enfants de moins de 5 ans et de femmes enceintes et allaitantes nécessitent des soins ;

● La région ne reçoit que 10% de l’aide humanitaire dont elle a besoin, et seulement 28% du carburant nécessaire a pu atteindre le Tigré.

Drapeau ethiopien

Encore aujourd’hui, les télécommunications ont été complètement coupées, les services bancaires sont devenus inexistants. Au niveau régional, les déplacements de civils en fuite correspondent à 43 000 personnes qui ont trouvé refuge au Soudan, mais toute la région est fortement impactée par l’inflation. Des pénuries affectent également toute l’Éthiopie et le reste de la Corne d’Afrique.  

En dépit d’un cessez-le-feu il y a un mois, les habitants du Tigré sont toujours privés d’un accès régulier à de la nourriture ou des médicaments car les camions d’aides humanitaires sont bloqués par le gouvernement éthiopien. Sur les cinq cents camions de médicaments et de nourriture promis par l’ONU en début d’année, seuls cinquante ont pu passer la frontière. 

 Le conflit freine tout le développement de la région et bien que le récent cessez-le-feu soit un pas dans la bonne direction, la fracture entre le Tigré et le reste du pays reste profonde.

Pour aller plus loin :

https://www.hrw.org/report/2022/04/06/we-will-erase-you-land/crimes-against-humanity-and-ethnic-cleansing-ethiopias

https://www.amnesty.org/en/location/africa/east-africa-the-horn-and-great-lakes/ethiopia/report-ethiopia/

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.